Navisworks est-il adapté à la gestion des problèmes?

Navisworks est-il adapté à la gestion des problèmes?

La validation et la détection de clashs sont de plus en plus intégrées dans les projets de construction BIM dans le monde entier. Plusieurs applications pouvant détecter et documenter ces clashs sont disponibles. Navisworks est l’un de ces outils de validation et il permet de gérer et partager les clashs des modèles. Il propose deux méthodes distinctes pour effectuer ces tâches. Dans ce blog, nous allons les expliquer et vous aider à décider laquelle est la meilleure pour vous.

Il est évident que lorsque vous êtes confronté à un grand nombre de clashs, il est préférable de choisir une forme de gestion qui fonctionne bien et qui nécessite de passer le moins de temps possible. Navisworks propose en fait deux méthodes distinctes pour accomplir ces tâches. Dans cet article, nous vous aiderons à décider laquelle est la meilleure pour vous.

Méthode 1 : Utiliser le Clash Détective 

La façon la plus évidente de gérer et de partager les résultats de vos clashs est bien sûr par l'intermédiaire de Clash Detective de clashs lui-même. Cette méthode commence par le flux de travail traditionnel de Navisworks :
 

Étape   
1 Les différents modèles sont annexés au projet
2 Un ou plusieurs tests de clashs peuvent être définis et effectués.
3 Chaque résultat de clash individuel peut être attribué à un membre de l'équipe et commenté
4 Partager le projet sous forme de fichier .NWD avec l'équipe
5 Les ingénieurs peuvent trouver leurs problèmes, les examiner et/ou les résoudre
6 Grâce à la fonction « Switchback », l'ingénieur se rendra directement au bon endroit dans le modèle Revit pour les corriger.
7 Les étapes 2 à 6 doivent être répétées jusqu'à ce que tous les clashs (pertinents) soient résolus

Au cours de ce processus, les problèmes peuvent être classés en groupes afin d'organiser au mieux. Bien que cela puisse être une tâche fastidieuse, il existe des plug-ins qui permettent d'automatiser cette opération.

Quels sont les inconvénients de l'utilisation de Clash Detective ?

Lorsque vous utilisez Navisworks comme référentiel central pour le partage et la gestion des problèmes, vous ne profitez pas des fonctionnalités offertes par les services modernes « based sur le Cloud», car il s'agit d'une méthodologie basée sur des fichiers. Cela peut entraîner les inconvénients suivants.

Accès limité aux données

La principale exigence de tout processus de gestion des problèmes est que les membres de l'équipe concernés doivent toujours avoir accès aux données les plus récentes sur les problèmes. Et cela met tout de suite en évidence le plus grand inconvénient dde Clash Detective. Chaque ingénieur doit disposer d'une version complète de Navisworks Manage, car le Clash Detective n'est disponible que dans cette édition.

Gestion des problèmes limitée

Les outils proposés pour gérer les clashs sont limités. Bien que les problèmes puissent être assignés et commentés, ils ne peuvent être triés ou catégorisés en leur donnant une priorité, une phase ou toute autre méta-donnée pouvant être utile pour gérer un grand nombre de problèmes.

Une ressource non partagée

La communication dans ce flux de travail Navisworks n'est pas bidirectionnelle. Les fichiers de projet Navisworks ne sont généralement pas une ressource partagée et les données sont partagées via des fichiers NWD. Tout commentaire placé dans ces fichiers peut être enregistré et transmis encore et encore, ce qui entraîne un échange continu de fichiers contenant de nombreuses informations en double ou périmées.



 

Aucune source unique de vérité

En utilisant Navisworks, il n'y a pour ainsi dire pas de système de retour d'information. Le flux de travail repose sur la déclaration des clashs, leur traitement et la vérification de leur résolution. Il n'existe aucun mécanisme de discussion ou de coordination avec les autres. Ce retour d'information est cependant essentiel, car on compte de plus en plus sur les parties prenantes pour qu'elles apportent leur expertise afin de résoudre les conflits de la meilleure manière possible. En conséquence, pour ce faire, il faut soit sortir du système de gestion des problèmes, soit attendre que les clashs soient discutés lors d'une réunion périodique BIM, ce qui constitue souvent un retard inutile.

Pas de piste d'audit

Pouvoir vérifier n'importe quel problème et voir qui a fait quoi et quand est une exigence dans de nombreuses organisations, car cela peut vous éviter des discussions et des litiges. Savoir qui a créé un problème, approuvé sa résolution et l'a fermé n'est souvent pas possible à l’aide de Clash Detective.

Méthode 2 : Utiliser des points de vue sauvegardés

La deuxième méthode consiste à partager les résultats de vos tests sous la forme d'un rapport des points de vue sauvegardés. Bien qu'elle ne soit pas aussi flexible que la méthode consistant à travailler directement à partir de Clash Detective, cette méthode présente l'avantage de pouvoir travailler avec ceux qui ne disposent pas de l'application Navisworks Manage complète. Il en résulte le flux de travail suivant :
 

Étape  
1 Les différents modèles sont annexés au projet
2 Un ou plusieurs tests de clashs peuvent être définis et exécutés.
3 Créer un rapport de points de vue et partager ce rapport avec l'équipe (par email, dans un dossier sur le réseau, etc.)
4 Les ingénieurs peuvent trouver et examiner les problèmes
5 L'ingénieur doit se rendre manuellement au bon endroit dans le modèle et effectuer les corrections
6 Les étapes 2 à 5 doivent être répétées jusqu'à ce que tous les clashs (pertinents) soient résolus

Les inconvénients de l'utilisation de points de vue sauvegardés

Tout comme la méthode 1, cette méthode utilise une méthodologie basée sur des fichiers pour partager les clashs. Par conséquent, les points de vue partagés présentent les mêmes inconvénients que la méthode 1. Et il y a aussi un inconvénient supplémentaire. En effet, les points de vue partagés ne peuvent pas être assignés à un membre de l'équipe, de sorte que la recherche des clashs à résoudre nécessite beaucoup de recherches ou de travail préparatoire. Par exemple, vous pouvez vous assurer qu'ils sont classés dans des dossiers par membre de l'équipe.

Les avantages de l'utilisation de points de vue sauvegardés

Cependant, cette méthode présente deux grands avantages par rapport au Clash Detective. Les problèmes créés manuellement au cours d'une inspection visuelle peuvent être stockés sous forme de point de vue sauvegardé.
Ils peuvent également être visualisés dans toutes les éditions de Navisworks, y compris l'édition gratuite Freedom. Notez cependant que Navisworks Freedom ne prend pas en charge la fonction Switchback.

Conclusion

Navisworks est une option viable pour la détection et la gestion des clashs. Mais quelle que soit la méthode que vous choisissez, les deux ne prennent pas vraiment en charge un flux de travail openBIM. L'accès aux données de clash nécessitera toujours la présence de Navisworks dans le système. Et la fonction “Switchback” ne fonctionnera qu'avec Revit. Les membres de l'équipe utilisant d'autres outils de modélisation devront se fier à une comparaison côte-à-côte. De plus, comme la création de problèmes n'est pas limitée à une seule partie, il y a de fortes chances que plusieurs processus de validation soient en cours. Cette incapacité à travailler avec et à gérer les problèmes entre plusieurs parties prenantes et différents types de logiciels ne sera, par conséquent, probablement possible qu'avec l'aide des services ou des solutions externes. L'option la plus efficace serait sans doute une solution de suivi des problèmes BIM dédiée qui est ;:

  • Une solution basée sur des normes ouvertes comme le BCF et l'IFC pour s'assurer que chaque membre de l'équipe puisse accéder aux données des modèles et des problèmes.
  • Ne pas utiliser de méthode basée sur le partage des fichiers pour éviter un flux de travail inefficace.
  • Une solution basée sur le Cloud pour fournir un accès à tout moment et en tout lieu.